y en a marre: Le fond de l'eprouvette
Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Ecrire un article


Quand tout se casse la figure.

Quand les routines s'installent comme un cocon un peu protecteur, on sait que si elles disparaissent, la realite va devenir ce juste un petit peu plus abrasif qui rend les journees difficiles et un peu douloureuses. Les amis, c'est la famille qu'on se choisit, surtout ici ou personne ne vient attenuer les coups, ou ma mere n'est jamais plus pres de moi que de mon oreille. Plein de souvenirs de moments pas droles ou on pleure assez pour ne plus sentir ses jambes et se cacher dans un coin derriere le lit, quand les choses semblent trop dures a encaisser. Le choc du moment ou on realise que personne n'est la. Prendre conscience qu'on a voulu fanfaronner a vivre a l'etranger toute seule, et qu' on se retrouve donc bien toute seule. D'ou la necessite de creer ces petites routines, avec des amis assez proches pour tamponner et arrondir les angles.

Hier soir, dans la cuisine de , alors que met la table dans la piece d'a cote, que et preparent le dessert et que je lave la salade, Dr. A m'annonce qu'il va surement accepter le poste chez les Scots. Chez les Scots, c'est a dire a 7 heures en train de chez nous. Essayer de sourire, le feliciter pour son nouveau poste, alors que le coeur se vide et que les yeux se voilent. Je sais bien que je laisse trop paraitre mes emotions sur mon visage, donc j'en profite pour baisser le nez et eplucher mes oignons. Pas le droit de lui crier que non, il doit rester, parce que tout le monde sait bien qu'une possibilite de carriere ne se refuse pas, quand la plupart de nous considere un contrat de trois ans comme de la pseudo-securite. Juste envie de le serrer fort dans mes bras, pour ne pas qu'il parte, meme si ca ne se fait pas trop ici, et que ca n'arrangerait pas les choses.

Dans un mois je ne verrais plus celui qui rend mes journees un peu plus roses, qui me fait rire a table quand Ab' et Chilian Boy sont trop absorbes l'un par l'autre pour repondre a ce qu'on leur raconte. C'est a se demander pourquoi ce qui me rejouis un jour fini toujours par disparaitre le lendemain.

Il continue en me racontant que partir et laisser sa vie d'ici va etre difficile. Tout ce que je peux lui dire qui ne sonne pas trop dramatique, c'est que la haut il fait froid, et que c'est plein de scots. Il me dit "I know" avec un petit air triste. il continue en me racontant tout ce qu'il doit abandonner, y compris ses cours de francais.  Alors qu'on dine tous les cinq, je realise que c'est encore un de mes petits groupes-famille qui est en train de s'ecrouler. Que j'ai besoin de nos diner pseudo-familiaux pour retrouver un semblant de chaleur familiale. Le fait que l'angleterre ne soit pas un pays facile y est pour beaucoup. Alors que se faire des amis internationaux est facile, mentalite expat oblige, s'integrer a un endroit, aux "locaux" et beaucoup plus difficile et prend du temps. Voir mon petit groupe s'ecrouler va donc etre douloureux, meme si ce n'est pas la premiere fois que je vois mes amis partir loin. Mi-juin il sera loin. Le mauvais sort veut que je parte debut juin pour l'espagne, a une conference ou je ne veux plus aller, et a un mariage ou il ne viendra pas. Dans moins de deux semaines, c'est aurevoir, et encore une fois le temps qui passe trop vite me terrifie et me renvoie me cacher sous mon bureau, le nez dans mes genoux, au milieu de mes piles de bibliographie. C'est les jours comme aujourd'hui ou j'en veux a la recherche d'etre aussi injuste, de pousser les gens a etre mobiles, a partir, a s'arracher d'ou ils pensent appartenir. J'en ai marre de voir les gens que j'aime partir.

Le diner se poursuit, avec le meme format regulier de nos vendredi soirs. Discussions pseudo-scientifiques. Pseud-politiques. Vaisselle. Descente au pub. Dr. A avec moi en Polo. Atmosphere un peu griseatre, trop de yobs autour du billards. Mon cerveau est un peu embrumes par ma tendance au tragique. Alors qu'il me parle de mon boulot, je reponds par oui ou non. Ab' me demande pourquoi je suis si calme.
Regain d'atmosphere quand Chilian Boy allume les bougies sur la table, une excuse pour jouer avec la cire brulante, comme des gamins pyromanes avec une boite d'allumette. La Truite parle avec un yob bourré qui regarde le decollete de Ab' de si pres que Chilian Boy la fait se deplacer. Dr. A me raconte des betises pour me faire rire, fait semblant de manger de la cire, des betises qui nous font rire nous, parce qu'on est un groupe de geeks immatures. Difficile d'interpreter quoi que ce soit dans les geste de qui que ce soit, l'ile reste le pays ou les gens sont reserves et surveillent leurs mouvement. Je n'ai jamais pris Ab' dans mes bras, alors qu'elle est la meilleure amie que j'ai ici. Alors que tout le monde joue avec la cire molle, son genou a lui s'appuie contre le mien, detail tellement insignifiant qu'on peut difficilement s'y arreter. Pourtant je m'y arrete, parce que ici c'est l'angleterre. Alors je me dis qu'il part bientot, et que je n'ai pas vraiment le droit de compliquer les choses, avec mon petit esprit torturé qui voit des choses la ou il n'y a rien a voir. Donc je me tourne vers La Truite pour ecouter sa derniere histoire de labo.

Un peu avant minuit, Dr. A nous invite a une soiree de la CoE le lendemain; Ab' et Chilian Boy ne peuvent pas y aller, La Truite a des previous engagements. Je n'arrive pas a decider quoi faire. Peut etre proposé simplement par politesse, pas envie de gatecrasher toute seule et de faire le boulet. Pas envie de passer un bon moment qui sera forcement suivi d'un retour a la realite un peu trop difficile.

Je ne sais toujours pas ce que je vais faire ce soir.


# mimile, le Samedi 14 Mai 2005, 13:26 dans "bienvenue sur l ile maudite".
Repondre





Commentaires:


Ecrit par Chninkel le Samedi 14 Mai 2005, 14:12

Allez fais moi plaisir (c'est bientôt mon anniversaire héhé, tu ne peux pas refuser), ce soir tu y vas.

Et surtout ne réfléchis pas!

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par mimile le Samedi 14 Mai 2005, 15:23

<Doomed>

:(

</Doomed>

[c'est m'envoyer a l'abattoir ca...]

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par Pascale66 le Samedi 14 Mai 2005, 15:26

Oui c'est vrai ca, Chninkel a raison. Et puis moi, mon annif c'est demain, alors ca me ferait un cadeau sympa si je lisais demain sur ton blog que tu es allee a cette soiree. Et puis, puisqu'il part definitivement, tu devrais te lacher et lui dire ce que tu ressens, une derniere fois ;)

Repondre a ce commentaire


Ecrit par Dany le Dimanche 15 Mai 2005, 12:27

C'est marant que t'ecrives ca a ce moment la. Je suis toujours en premiere annee, mais des tas de potes que je m' etait fait plutot rapidement au cours du pemier term se sont tous volatilises dans la nature ces derniers mois.

Je sais, j'aurais du me les choisir dans mon annee, de facon a se retrouver tous dans le meme petit train train qu'eux pendant au moins la duree du Ph.D. mais y a aucune masse critique au sein de mon departement, alors je passe plein de temps avec les postdocs ou les masters. C'est du desastre pre-programme. Parce que les postdocs se barrent et les masters souvent aussi (eux qui revent de decrocher du funding a travers les processus aleatoires des conseils de recherche).

En plus, comme tu l'a dit ailleurs, la supervision c'est "demerde toi". Ils sont sympas les premiers mois, in order to show you the ropes. At apres le premier papier ou t'as bien gentiment etabli que tu etais a niveau, ils sont bien rassures, t'est pas a cote de la plaque, t'es pas un boulet ignare et tu vas pas trop avoir besoins d'eux.  A ben c'est bon alors, tant mieux, parce qu'ils ont leurs articles a publier et c'est a peine s'ils on lu ton upgrading paper. "Oh, yeah, excellent work, I'm just not worried about you. In fact, I don't feel all that competent directing your readings, I think you're doing great already, without my help, and that's a really good sign". Moi qui suis un peu parano, j'entends: "piss off and get on with it". J'apprend a dependre d'eux le mois possible , because that's a good sign.

Mouais. J'ai mis des semaines a les choisir, mes superviseurs, j'ai lu toutes leurs oeuvres. Et je vais les voir dix fois en trois ans, a part au pub quelquefois (pour faire joli quand on a  des guest speakers ) et en conferences ( la c'est cool). Les "juste PhD" affichent fierement comme des medailles de guerre le nombre de fois ou ils ont vu leur boss. "Joe, I've seen him once, I should have tried to see him a bit more, he could have been a good resource".

J'ai un peu les boules. A partir de demain je suis upgradee. Et j'irais probablement prendre une pinte avec des "potes" que je connais a peine, en pensant a ceux dont j'aimerais qu'ils soient la. Apres je me barre en France voir mes copines, et plus vite que mon ombre.

Je detestais mon 9 to 5 ou ont faisais du consulting (lire bullshitting) sans aucune rigueur. Je voudrais pas d'un autre job. Mais je sais pas comment combler ce vide entre les annees undergrad (plein de masse critique, plein de gens qui font la meme chose que toi au meme moment) et le paisible fellowship entre collegues que tu connais depuis des annees au sein d'un meme departement qui n'a pas l'intention de te virer anytime soon. Ce putain de PhD ou t'est plus etudiant, mais ou personne ne te prends (encore) assez au serieux pour vouloir bosser avec toi sur des projets interessants.

Je me demande souvent si je vais finir avec un doctorat de qualite, qui m'ouvrira plein de portes et qui me vaudra l'estime de mes boss et de ma discipline. Ou si je vais juste sortir de la avec un scrap-by PhD et des lettres de references impersonelles et fades de la part de profs ne me connaissant pas. On me dit que oui, t'en fais pas, y'a pas de probleme,  t'auras tout ca et plus. Mais faut pas aller plus vite que la musique, c'est sur qu'en premiere annee tu casses pas des briques...

Mouais, je casse pas des briques, mes potes me manquent et j'ai aucune securite professionelle. Finalement, je vais peut etre aller preparer mon oral et faire le tour de mes "connaissances" pour voir qui veut se faire l'Italien demain soir. Ah, et reserver mon train.

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par mimile le Dimanche 15 Mai 2005, 16:03

Bon, aller, on s'accroche a son clavier, on serre les dents, et on y croit. Effectivement, la supervision ici est assez liberale, souvent tres "souple" voir absente, ou bien meme dans mon cas, handicapante. Mais au moins, je crois que le jour ou on rentrera au pays, on aura l'avantage d'etre tout de meme vachement demerde....

http://www.phdcomics.com

Repondre a ce commentaire

Search:



Ailleurs:
absurdus : The way you look tonight (0)
absurdus : Diableries statistiques (1)
absurdus : Souvenir (0)
absurdus : Le joli mois de mai (0)
absurdus : Spring song (0)
absurdus : Nevermind (0)
Thesis Update
  • Viva still to come...


Post-doc v 1.0
  • Nice office
  • Big lab
  • Rebellious tec
  • Too many papers to write

Book List

  • Organic chrmistry
  • NMR pour les nuls
  • et autres joyeusetes



Ailleur:
absurdus : The way you look tonight (0) N
absurdus : Diableries statistiques (1) N
absurdus : Souvenir (0) N
absurdus : Le joli mois de mai (0) N
absurdus : Spring song (0) N
absurdus : Nevermind (0) N
absurdus : Le monde tel qu'il est (0) N
absurdus : Beauferies (bis) (2) N
absurdus : Beauferies (1) N
absurdus : A voir (0) N
absurdus : HNY FAQ (0) N
absurdus : Mais dis seulement une parole (0) N
absurdus : Hold the fear inside (1) N
absurdus : A savoir (1) N
absurdus : Wild roses (0) N
absurdus : Not in the mood (0) N

L'annuaire des meilleurs sites de voyage Blogarama - The Blog 

Directory Listed on Blogwise eXTReMe Tracker