y en a marre: Le fond de l'eprouvette
Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Ecrire un article


Le temps passe trop vite, des fois...

Il y a des timings qui sont juste un peu pourris, dans le style ceux qui ont un petit cote dramatique a la Eastenders. Le temps passe toujours un peu trop vite, de toute facon.

Difficile de rattraper pres d'une semaine de non-ecriture. Je sais juste qu'en deux semaines, j'ai essaye d'etre aussi disponible que possible. Video lundi soir, mardi soir, avec nos collegues qui occupent toute une rangee de strapontins. glousse "The force is strong in this one", me tient la main quand les lumieres baissent. Vendredi, barbec avec les memes, une sorte de soiree un peu bizarre ou lui et moi nous retrouvons a preparer la sauce a salade et les brochettes ensemble, en attendant les autres. Il me laisse vaquer dans sa cuisine comme si c'etait la mienne, l'air satisfait du resultat. Il ne m'en faut pas tant pour etre heureuse. Arrivee de , , , , et d'autres encore, alors que je sors ma tarte poire-amande du four, et que je rechauffe le coulis moka-chocolat. Mon tout nouveau Pink Martini tourne en fond sonore et donne a la soiree une impression de trop bien qui me pince un peu le coeur. Mon Dr. A me fait des petits bisous dans la cuisine quand je rapporte les plats. Fin de soiree autour du barbec' qui s'eteind doucement, Chilian Boy fait bruler des brindilles. Ambiance presque familiale et nouveau pincement au coeur, alors que l'evidence que toutes les bonnes choses ont une fin s'installe.

Retour au labo samedi et dimanche, pour un combat en deux rounds contre la methylation et la sylilation. 14 heures d'affilee le samedi, 12 le dimanche. Entre deux incubation, Dr. A passe sa tete a la porte du labo, pour me dire qu'il m'a rapporte du gateau de mariage, et des pommes. Sweet. Il file, je continue a derivatiser mes hydroxy, sans bien savoir si tout la manip' est vraiment fonctionnelle. 19h00 chez lui, ou il m'a fait a manger "parce que tu travailles trop", il me dit. 20h00 a l'eglise, je me sens aussi intimidee qu'un premier jour d'ecole. Pas l'habitude, mais envie d'essayer de comprendre et de faire des efforts. Le format est different, un peu bizarre, voir choquant, mais pas trop desagreable. Un passage de chants qui me laisse assez perplexe et pas tres convaincue. Lecture d'un psaume, analyse du texte, facon lycee. Moment de priere. L'impression de revenir au cathé, il y a 15 ans en arriere. L'exercice a l'avantage d'etre reposant et presque agreable. Dr. A me tient la main de temps en temps, ce que je trouve un poil deplacé, mais il me dit que c'est la rigidite de mon education pseudo-catholique qui veut ca... je ricane quand a la soi disant rigidite catholique, en pensant aux heures de cathe passees a fumer des Chesterfields dans les toilettes des filles.
Fin du service, chocolat chaud, deux trois mots echanges avec le peu de gens que je connais la bas, retour a la maison. Bafouillages devant la tele.

Derniere journee ensemble hier, leve tot, voiture, pneu lisses, derapage, voiture toujours en un morceau. Nevermind. Ballades a droite a gauche, en parlant de nous, et un peu des autres. un sandwich le midi, une glasse au bord du canal plus tard. Je lui parle en francais, il ecoute et fait des efforts, avec son petit accent anglais tout mignon. De retour chez lui, je le regarde emballer ses bouquins dans des boites en carton. L'evidence se fait un peu plus presente. Derniers rayons de soleil, Dr. A m'emmene dinner en ville. La serveuse traine, met 40 minutes a prendre notre commande. Meme pas realise qu'elle n 'tait toujours pas venue. Pas un moment de silence, il me parle de petites choses betes qui font notre quotidien, de nos soirees tous ensemble, de nos dejeunes avec Ab' et Chilian Boy. L'idee de manger sans lui le midi me rend un peu triste, lui aussi.

On s'organise notre ete en parlant de reserver des avions entre deux conferences. Je lui raconte ou j'aimerais l'emmener en France. Il me parle de sa famille. Difficile de parler du future avec quelqu'un avec qui on n'a passe si peu de temps. Pourtant les choses semblent claires.

Aujourd'hui, il est sur la route, et plutot que de lancer mes PCRs, je traine sur jobs.ac.uk...


# mimile, le Mardi 31 Mai 2005, 12:03 dans "bienvenue sur l ile maudite".
Repondre





Search:



Ailleurs:
absurdus : The way you look tonight (0)
absurdus : Diableries statistiques (1)
absurdus : Souvenir (0)
absurdus : Le joli mois de mai (0)
absurdus : Spring song (0)
absurdus : Nevermind (0)
Thesis Update
  • Viva still to come...


Post-doc v 1.0
  • Nice office
  • Big lab
  • Rebellious tec
  • Too many papers to write

Book List

  • Organic chrmistry
  • NMR pour les nuls
  • et autres joyeusetes



Ailleur:
absurdus : The way you look tonight (0) N
absurdus : Diableries statistiques (1) N
absurdus : Souvenir (0) N
absurdus : Le joli mois de mai (0) N
absurdus : Spring song (0) N
absurdus : Nevermind (0) N
absurdus : Le monde tel qu'il est (0) N
absurdus : Beauferies (bis) (2) N
absurdus : Beauferies (1) N
absurdus : A voir (0) N
absurdus : HNY FAQ (0) N
absurdus : Mais dis seulement une parole (0) N
absurdus : Hold the fear inside (1) N
absurdus : A savoir (1) N
absurdus : Wild roses (0) N
absurdus : Not in the mood (0) N

L'annuaire des meilleurs sites de voyage Blogarama - The Blog 

Directory Listed on Blogwise eXTReMe Tracker