y en a marre: Le fond de l'eprouvette
Joueb.com
Envie de créer un weblog ?
Soutenez le Secours populaire
ViaBloga
Le nec plus ultra pour créer un site web.
Débarrassez vous de cette publicité : participez ! :O)


Ecrire un article


Anguish and torments

Tout a la gloire du networking, c'est le genre de papier qui me rend malade, a en avoir mal au ventre.
Parce que c'est pas l'idee que je me fait de mon boulot, et que ce genre de quality reading me renvoie en bout de paillasse, dans les limbos remplis de publications poucraves de deuxiemes zones.

Des mentors, je suis meme pas sure d'en avoir, je connais juste des gens sympas, qui aiment ce qu'ils font. Ceux qui pourraient avoir de l'influence, je les connait parce que je les apprecie, et je n'ai jamais reussi a aller accoster quelqu'un en essayant de vendre mon travail, ou en poussant en avant les honnors, awards et autres perles de mon CV.

J'aime pas ce genre d'article, parce que l'entre deux ligne est pas joli, je trouve. C'est voir la science comme un vecteur de carriere, un moyen de monter dans la hierarchie, avec son carnet d'adresse bien rempli de gens dont on a rien a fouttre, mais qui pourraient toujours servir. Rien qui ne parle de passion, de conviction, de curiosite, d'entousiasme, d'ouverture d'esprit, de creativite. Juste une analyse methodique de comment reussir.

Success engineers success. C'est nul, ca craint, c'est moche, ca pue. C'est planifie, etudie, mis en place, sans aucun coeur, aucune emotion. Entre un talk par un thesard carrer focused [par exemple: talk suivi l'annee derniere a SEB, Edinburgh, par 2 thesards de Harvard, sur les poissons sauteurs, la fille, comme le garcon, avec leur petit micro special, leur pointeur special, leur remote speciale, marchant de long en large sur l'estrade, en invectivant l'audience comme un mauvais pasteur d'une eglise sectaire de la bible belt] ou un talk par un thesard crasseux mais passione [par exemple: talk a BMS, Nottingham, par un etudiant anglais un peu crasseux, sur l'association ascomycete-algue] je sais lequel je vais preferer. Parce que la passion pour un projet, ca se partage, ca se voit dans les yeux des gens. C'est plus que de la motivation, c'est de la dedication [feck, ca doit pas etre francais ce mot la...].

Si j'etais recruteur, c'est ca que je prefererai. Je serais tres certainement un mauvais recruteur. Et je trouverai certainement aucun job si je continue d'etre rebelle au networking comme ca. Mais la recherche, ca reste attirant pour son cote humain, curieux et passione, et ca me fait un peu mal de devoir presque laisser tomber mes illusions pour donner dans le faux-cul et le politiquement correct. C'est de la putination.

Parce que la fin ne justifie pas toujours les moyens, et que je veux pouvoir faire mes PCRs sans avoir a justifier si chacun de mes gestes fit dans un plan de carriere. Je le fais parce que j'aime ca. Point.


# mimile, le Samedi 5 Février 2005, 13:11 dans "bienvenue sur l ile maudite".
Repondre





Commentaires:


Ecrit par kiara le Samedi 5 Février 2005, 17:31

Tu sais, mon directeur de these était completement isolé. L'impression qu'il n'aimait personne et qu'ils étaient tous concurrents. Ce qui est vrai note bien, la concurrence, et on en avait 3 aux fesses un peu pénibles, certes. Mais a ce point... peut-etre avait-il peur. Bref, besoin d'un anticorps ? Va mourir. Une information sur ce machin ? Ah mais non tu peux pas écrire a lui il sait pas qu'on fait ca et je veux pas qu'il le sache. Comment on fait ca ? Je sais pas mais non tu peux pas aller apprendre dans ce labo je suis faché avec machine.
Ah.
Pas eu besoin de mon Marcel pour arriver ici, grace a mes "high quality publications" (as if !!), et la j'ai découvert une autre facon de faire. La communauté. Oh ca se tire dans les pates entre photobiologistes de la weed de temps en temps (ok, régulierement), mais bon, ca se connait, ca descend tous des memes ancetres ou presque, ca boit au pub a Leicester a chaque Noel, puis dans un bar du Wisconsin une fois tous les 3 ans, ca se renseigne les uns les autres, s'envoie des graines, des anticorps, des mails, se soutient, se comporte comme une famille. Avec ses avantages et ses inconvénients. Mais on se sent moins seul au monde. Est-ce que ca va aider ma carriere ? Je m'en tappe. Je ne suis pas sure du tout d'arriver a oublier le chloroplaste pour le reste de mes jours, on ne renie pas ses premieres amours aussi facilement - aussi bizarres soient-elles - et donc cette communauté je la quitterai surement. En attendant j'ai l'impression que notre secte a un visage humain, et je m'y sens bien grace au network. Aussi.
Tout a la gloire du networking.
Non ?

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par mimile le Samedi 5 Février 2005, 18:41

Je suis d'accord pour le networking "communautaire". Pas de probleme pour envoyer un protocol ou une culture a droite et a gauche, ou bien former un etudiant. C'est le networking aggressif, celui ou tu vas glisser une bonne dizaine de CV dans ton sac avant la conf, dans l objectif de les refiler a une brochette de directeurs de departement, qui me pose probleme.

La chasse a la carte de visite, c'est pas trop mon truc... mais c'est vrai qu'en y pensant je connais des gens qui pourraient etre "utiles" le jour ou je chercherai proprement un boulot. mais je les connais pas en premier lieu pour leurs recherches et leurs potentiel a generer des entretiens, mais plutot pour leur resistance a l'alcool, les tours de manege au tivoli garden de Copenhagen, ou les chapardage de bouteilles de rouge a Nottingham.

En fait, la secte a visage humain, c'est l'avenir du networking, a l'echelle de mes petites ambitions...

Repondre a ce commentaire


Ecrit par Anonyme le Samedi 5 Février 2005, 17:44

je crois que pas mal d'etudiants, de doctorants plutot ont cet enthousiasme, cette passion, cette curiosité... c'est peut etre pour cela que j'ai choisi de faire des sciences, pour rencontrer des gens passionnés par ce qu'ils etudient quelle qu'en soit la nature ou même l'utilité, savoir pour savoir.

J'ai parcouru le lien que tu as cité, je suis d'accord avec toi et c'est peut etre bien la mon probleme. Je dois soutenir d'ici juin... en fait je n'ai pas de date mais j'ai hate d'en finir parce que j'ai découvert cet aspect du milieu scientifique que j'ignorai où tout ce qui compte c'est de vendre son travail comme un produit, ou il faut du relations parmis les referees d'un journal pour pouvoir y passer son papier... helas je ne publierai jamais dans PNAS ou dans tout autre revue a fort impact factor vu le carnet d 'adresse de mon responsable.

Savoir se vendre, créer un réseau, avoir de bonnes publi...tout ca je ne sais pas le faire, tout cela n'est pas dans mon caractère non plus. Quand je parle de ce que je fais a d'autres doctorants, je le fais avec modestie, passion et critique. Parce qu'il ya un point qui me gene: quand on choisi son labo de thèse, on ne choisit pas vraiment son sujet, et apres 3 ans passés a travailler dessus on est capable de critiquer son travail, d'avoir du recul, mais ce n'est pas bien vu de parler de ces aspects la avec des non doctorants parce que ce n'est pas dans l'esprit "marketing".

J'ai encore un peu de passion pour ce que je fais mais je ne pourrais certainement pas en faire mon metier a moins de trouver et convaincre des gens qui n'ont pas perdu cet esprit.

Bref, je ne sais pas ou tout ca va me mener... peut etre que je vais finir enseignante et essayer de passionner quelques jeunes.

<< doctorante qui a manifesté pour sauver la recherche ce 4/02>>

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par kiara le Samedi 5 Février 2005, 18:11

Merci a toi d'avoir manifesté entre autres pour des expats comme nous !!

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par OuinOuin le Samedi 5 Février 2005, 18:24

Pourtant ce petit bout de note de Nature n'apporte rien de nouveau. Ce ne sont que les lois de "la réussite". Ou plus simplement, il montre l'importance du choix dans la combinaison labo/sujet/tuteurs (sans parler du financement) si on considère le débat en rapport avec la thèse.

Est-ce que beaucoup ont au moins eu l'occasion de travailler dans leur labo de thèse avant de faire la thèse (style travail de DEA....)? C'est encore ce qu'il y a de mieux, et cela permet de choisir son sujet.

Et sinon, il ne faut pas se laisser traiter comme un moins que rien. Des thèses, il y en a c'est sur, l'important c'est de bien choisir et de fouiner les opportunités (personnellement, je recommande le porte à porte impromptu, CV en main, jusqu'à la paillasse. Ca fait toujours de l'effet de se déplacer [jusqu'à 1100km, record personnel] pour discuter le bout de gras d'un éventuel projet. Et il ne faut pas hésiter à refuser même si on pense n'avoir rien d'autre, sinon c'est sur, on risque d'en chialer au bout de trois ans, c'est tellement fréquent.

Et puis, "je vais finir enseignante"... Il va falloir s'y faire et ma foi, ce n'est pas forcèment un mal. Certainement souvent une question d'orgueil pour les Chercheurs qui dénigrent le "plus beau métier du monde". Uhh... que je raconte moi comme conneries...

Bref, courage à tous.

Repondre a ce commentaire

Re: Re:
Ecrit par mimile le Samedi 5 Février 2005, 18:35

Au vu du commentaire laisse plus haut,, je ne pense pas que ca soit denigrer l'enseignement, plutot s'y rabattre pour eviter de devoir se couler dans un moule "marketing" qui est souvent loin des motivations premieres du debut de these.

Pour ce qui est du choix, je n'ai pas choisi mon labo, j'ai choisi un sujet. Aucune strategie. Juste un sujet dont je voyais le potentiel, ce que je pouvais en faire. J'en ai d'ailleurs fais ce que je voulais, rien a reprocher de ce cote la, le citron est bien presse.

Pour ce qui est de se laisser traiter comme un moins que rien, je ne pense pas que ca soit le cas [et je te rassure, generalement apres 3-4 ans a ramer sur une these qui te bouffe 13 heures par jour, 7j/7, tu te laisses rarement marcher dessus...] c'est juste qu'il y a une tendance a traiter la recherche comme un marche. Mais je vois pas en quoi ca peut etre un marche, vu que c'est loin d'etre rentable...

Bref. Le probleme ce n'est pas forcement la these, c'est l'apres these, comment se negocie le virage du post-doc et de ladite "carriere".

Repondre a ce commentaire

Re:
Ecrit par mimile le Samedi 5 Février 2005, 18:43

"Anonyme":Je suis d'accord avec ce que tu ecris. Je ne peux que te souhaiter bon courage pour Juin, et j'espere que tu pourras rencontrer une petite equipe sympa qui s'inquietera plus du menu du conference banquet que de quel gros ponte sera chairman de la premiere session...

Repondre a ce commentaire

Re: Re:
Ecrit par Anonyme le Dimanche 6 Février 2005, 14:23

merci mimile ;o)


sinon pour ce qui est de l'enseigenement, ce ne serait pas un choix par défaut, j'avais hésité a devenir prof. D'ailleurs etre enseignant-chercheur ne me déplairait pas mais, la encore, pour etre ATER, il faut avoir des gens bien placés a la fac autour de soi.

Repondre a ce commentaire

Re: Re: Re:
Ecrit par kiara le Dimanche 6 Février 2005, 21:09

Mais surtout ATER ca ne dure pas ! Ca te permet de finir une thèse. Ou de revenir en France apres un postdoc. Mais c'est pas un métier !...

Repondre a ce commentaire

Re: Re: Re: Re:
Ecrit par mimile le Lundi 7 Février 2005, 09:54

En considerant la situation en France, je m'accroche a l'ile. Pas envie de retourner au pays. Pas que je crache dans la soupe, juste que c'est encore plus poucrave qu'ici.
Et puis les gens sont plus cool, plus marrants ici....

Repondre a ce commentaire

Lexique
Ecrit par xel le Dimanche 6 Février 2005, 10:57

Alors dedication, mon dico connait, ca veut dire dévouement (voire sacrifice).
Par contre, "putination" je ne vois pas du tout ce que ca peut être. Un rapport avec Vladimir ?

Sinon de toutes manières de mon point de vue j'ai l'impression que les gens qui font networkmarketing ont surtout une bonne image de la part de gens que je n'apprécie pas spécialement. Et qui sont les mêmes, curieusement, qui ont le pouvoir. Je ne sais pas où je voulais en venir, en fait...

Repondre a ce commentaire

Re: Lexique
Ecrit par mimile le Dimanche 6 Février 2005, 12:48

Putination: de l'acte de putiner, degrader, abaisser, deteriorer ou rendre mooooche. [ca c'est le patois de ma mere]

Exemple: "Emilie, si tu continue a teindre tes T-shirts, tu vas tous les putiner"
 ou en core "Mettre un autocollant Quicksilver sur la vitre arriere de sa Clio, c'est la putiner, tout de meme..."

Repondre a ce commentaire

Re: Re: Lexique
Ecrit par xel le Dimanche 6 Février 2005, 15:11

ah, ok, comme quand je laisse un commentaire alors ! :)

eh beh voilà, j'aurais appris un mot !

Repondre a ce commentaire

Search:



Ailleurs:
absurdus : The way you look tonight (0)
absurdus : Diableries statistiques (1)
absurdus : Souvenir (0)
absurdus : Le joli mois de mai (0)
absurdus : Spring song (0)
absurdus : Nevermind (0)
Thesis Update
  • Viva still to come...


Post-doc v 1.0
  • Nice office
  • Big lab
  • Rebellious tec
  • Too many papers to write

Book List

  • Organic chrmistry
  • NMR pour les nuls
  • et autres joyeusetes



Ailleur:
absurdus : The way you look tonight (0) N
absurdus : Diableries statistiques (1) N
absurdus : Souvenir (0) N
absurdus : Le joli mois de mai (0) N
absurdus : Spring song (0) N
absurdus : Nevermind (0) N
absurdus : Le monde tel qu'il est (0) N
absurdus : Beauferies (bis) (2) N
absurdus : Beauferies (1) N
absurdus : A voir (0) N
absurdus : HNY FAQ (0) N
absurdus : Mais dis seulement une parole (0) N
absurdus : Hold the fear inside (1) N
absurdus : A savoir (1) N
absurdus : Wild roses (0) N
absurdus : Not in the mood (0) N

L'annuaire des meilleurs sites de voyage Blogarama - The Blog 

Directory Listed on Blogwise eXTReMe Tracker